Alex Webb

Critique de livre Alex Webb: La Calle

© Alex Webb

Après avoir atteint une «impasse» autoproclamée avec la photographie en 1975, Alex Webb, qui jusque-là photographiait le paysage social américain, a eu le sentiment de faire un travail sans résonance.


─── Isabel O'Toole, 3 décembre 2018

Alex Webb a trouvé son attirance croissante pour le Mexique, intrigué par le fait qu'il était si proche des États-Unis mais si fondamentalement différent, et a tracé une nouvelle voie. Inspiré par les œuvres de Graham Greene, il entame une relation avec le pays qui durera des décennies et aboutira à son chef-d'œuvre: La Calle.

Ciudad Madero, Tamaulipas, Mexique, 1983, Alex Webb
Ciudad Madero, Tamaulipas, Mexique, 1983


Les photos rassemblées à La Calle sont si remarquablement complexes que l'on est immédiatement étonné de leur existence. Initialement tourné sur film noir et blanc, Webb a vite compris qu'une palette monochrome était insuffisante pour exprimer la richesse et le dynamisme du paysage mexicain.
Réalisant qu'ici, la vie elle-même était plus que du noir et blanc, Webb a rapidement adopté la couleur.

Le résultat était des centaines d'images multicouches luxuriantes, enveloppées d'ombre et de lumière, capturant le chaos de la rue d'une manière presque mise en scène, comme si Webb lui-même était le directeur d'une pièce nationale.

Oaxaca, 1982
Quartier rouge, Comitan Mexico, 2007 © Alex Webb
Quartier rouge, Comitan Mexico, 2007
Photographie couleur barbe à papa, Oaxaca, Mexique, 1990 par Alex Webb
Barbe à papa, Oaxaca, Mexique, 1990


Essayant d'éviter les préjugés, il a laissé sa caméra le conduire partout et n'importe où. Au cours de ses fréquentes visites dans le pays, il a traversé illégalement la frontière des États-Unis avec des migrants mexicains à plusieurs reprises afin de mieux comprendre leur sort.

Ainsi, la vision du Mexique de Webb n'est clairement pas celle d'un touriste dans un pays étranger, mais occupe un territoire étrange qui brouille les frontières entre documentaire et fiction. S'immerger véritablement dans la culture mexicaine et capturer magistralement son essence surréaliste, peut-être Webb se rapproche-t-il des vraies fibres du pays que tout anthropologue pourrait l'espérer.

Tehuantepec, Oaxaca, Mexique, 1985
Boquillas del Carmen, Coahuila, Mexique, 1979


La Calle est une collection de 30 ans d'itinérance dans des rues vertigineuses et chaotiques, et la tentative de Webb de mettre de l'ordre dans le chaos. Parcourir les pages du livre est une expérience différente à chaque fois - de nouveaux détails sont toujours présents, des avant-plans et des arrière-plans empilés permettent à Webb d'emballer chaque image de manière concise avec vitalité; les lignes de l'intrigue peuvent être supposées et imaginées partout. Indépendamment du ton, chaque photographie complète MexiqueLa riche vie de rue et la culture d 'une manière qu'aucun autre photographe ne pourrait réaliser.

Nuevo Laredo, Tamaulipas, Mexique, 1996
Tijuana, Baja California, Mexique, 1995
Près de Creel, Chihuahua, Mexique 1978


«Nous venons d'une culture qui, dans ses racines, est issue du protestantisme, du capitalisme et de l'individualisme… Les racines du Mexique se trouvent dans le catholicisme espagnol, le monde indigène et une culture communautaire. La culture mexicaine semble embrasser le mystère.

- Alex Webb

Ciudad Juárez, Chihuahua, Mexique, 1978


La Calle
comprend des essais des écrivains mexicains Guillermo Arriaga, Álvaro Enrigue, Valeria Luiselli, Guadalupe Nettel et Mónica de la Torre et se termine par un extrait du poète mexicain Octavio Paz, de «La Calle»:

Une rue longue et silencieuse.
Je marche dans le noir et je trébuche et tombe
Et me lève, et je marche aveugle, mes pieds
marcher sur des pierres silencieuses et des feuilles sèches.


La Calle est publié par Aperture et disponible ici

Toutes les images © Alex Webb / Magnum Photos