Bieke Depoorter

Critique de livre Bieke Depoorter: Je vais l'appeler un jour

© Bieke Depoorter

"Je vais l'appeler un jour", un titre dénotant la fatigue de fin de journée que la photographe belge Bieke Depoorter capte chez ses protagonistes, nous révèle le drame tranquille de la vie de famille américaine et les foyers dans lesquels elle prospère. 


─── Isabel O'Toole, 25 mai 2019

Dans cette série, de vraies People sont démasquées, révélant divers moments d'intimité, d'aliénation, de malaise enfantin et les royaumes qu'ils ont construits, dans lesquels se retirer du monde.

© Bieke Depoorter


En 2008, avant ce projet, le photographe belge Bieke Depoorter a entrepris un long voyage sur le chemin de fer transsibérien, couvrant sept fuseaux horaires et reliant Moscou à la mer du Japon. 
Armé uniquement de son appareil photo et d'une note manuscrite disant «Je cherche un endroit pour passer la nuit. Connaissez-vous des gens qui auraient un lit, ou un canapé? Je n'ai besoin de rien en particulier et j'ai un sac de couchage. Je préfère ne pas rester à l'hôtel, car je n'ai pas beaucoup d'argent et parce que je veux voir comment les gens vivent en Russie. Puis-je rester chez vous, peut-être? elle a approché des étrangers en cours de route.

Créant des liens transitoires avec les People qui lui ont permis d'entrer dans leurs maisons, elle a construit une exploration photographique de la vie de famille d'une petite ville qui a abouti à son projet. Ou Menya (Ou menya: `` Avec moi '' ou `` Chez moi '' qui en russe peut également désigner la possession, `` c'est à moi '') et l'adhésion ultérieure à Magnum Photos.

© Bieke Depoorter
© Bieke Depoorter
© Bieke Depoorter


Deux ans plus tard, un Depoorter agité a repris les routes, cette fois aux États-Unis. En auto-stop seule à travers différents états, elle raconte son parcours en entremêlant des images des paysages qu'elle traverse le jour, avec des images des lieux où elle passe la nuit.

© Bieke Depoorter


Encore une fois, elle a réussi à trouver un groupe varié de People, à l'aise en sa présence, désireuses de l'accueillir chez elles et conscientes du caractère transitoire de sa visite.

L'approche expérimentale de Depoorter et le recours au hasard aboutissent à des images empathiques qui révèlent le cœur de la fonctionnalité familiale.

© Bieke Depoorter


Ses photos sont à la fois intimes et retirées, démontrant sa capacité à établir la confiance avec des inconnus. La discrétion de Depoorter a fait d'elle une maîtresse pour capturer des moments d'une nature non gardée, presque sans défense.

© Bieke Depoorter

 

«J'aime l'atmosphère de la nuit, quand les gens s'endorment, je pense que c'est plus réel.
Personne ne les regarde, et ils deviennent eux-mêmes. » 

 

© Bieke Depoorter
© Bieke Depoorter


Logé dans une gaine de carte brune sans ornements, arborant le titre en grandes lettres noires, et seulement un bref texte au dos - Le livre de Depoorter est clairement conçu pour permettre aux photos à l'intérieur de parler d'elles-mêmes, sans l'embellissement littéraire exhaustif que de nombreux photographes ressentent qu'ils doivent donner leur travail. 

De même ce grand format laisse ses photos ouvertes à l'interprétation; les téléspectateurs perçoivent l'intérieur de ces maisons comme s'ils venaient d'être accueillis, capables de glaner chaque petit détail avec un mélange de curiosité et de suspicion.


«D'une certaine manière, un livre est beaucoup plus intime. Dans ce format, j'ai opté pour
une pur simplicité, car je veux donner suffisamment d'espace aux photos. Il y a peu de textes et pas de sous-titres. Les lecteurs sont libres de donner aux images l’interprétation qu’ils souhaitent. » - Bieke Depoorter

 

- Je suis sur le point de l'appeler un jour est publié par Édition Patrick Frey

Toutes les images © Bieke DepoorterMagnum Photos