Bruno Barbey

Profil Bruno Barbey:
Portrait d'un photographe humaniste

© Bruno Barbey

Depuis plus d'un demi-siècle, l'emblématique Photographe français d'origine marocaine Bruno Barbey a voyagé dans le monde entier et a trouvé sa voix à la fois d'artiste et d'explorateur. Devenir membre de Magnum photos à 25 ans, son travail témoigne de 55 ans d'histoire et reflète sa sensibilité et sa soif insatiable d'inconnu.


─── Edward Clay, 27 décembre 2019

En tant qu'amateur, Barbey a commencé à photographier des images monochromes, comme c'était la tendance à l'époque, mais le dynamisme et la lumière du Maroc ont sans aucun doute influencé sa compréhension de la couleur qui est devenue plus tard une marque de commerce de son travail.

Invités de tout le Maroc portant leurs vêtements régionaux, assistant à la célébration, Marrakech, Maroc, 1987, Bruno Barbey
Invités de partout au Maroc portant leurs vêtements régionaux, assistant à la célébration, Marrakech, Maroc, 1987

Montrant un vif intérêt pour la photographie dès son plus jeune âge, Barbey a été acceptée à la Ecole des Arts et Métiers à Vevey, en Suisse pour étudier la photographie et les arts graphiques. Influencé fortement par le projet pionnier de Robert Frank 'Les Américains' qui a fait l'histoire de la photographie, Barbey a été inspiré pour capturer l'esprit d'une nation dans son premier grand projet 'Les Italiens' (1961-1964).

Dirigé par l'idée que «La photographie est le seul langage qui puisse être compris partout dans le monde» Barbey a entrepris d'interpréter la culture et l'héritage italiens dans une série qui définit sa carrière.

Les hommes jouant au billard, ville de Caltanissetta, Sicile, 1963, Bruno Barbey
Les hommes jouant au billard, ville de Caltanissetta, Sicile, 1963
Ville de Palerme, Sicile, 1963, Bruno Barbey
Ville de Palerme, Sicile, 1963

Son travail a été remarqué par ceux du Éditions Rencontres à Lausanne qui lui a confié la mission de documenter les similitudes et les différences culturelles entre les pays européens et africains.

Son héritage mixte lui a donné une compréhension approfondie de la relation entre ces continents. Plus tard, tout en travaillant sur une autre commande au Brésil, Barbey a commencé à tourner avec un film couleur, pionnier de son utilisation dans le photojournalisme. À ce jour, il maintient que le passage de la photographie en noir et blanc à la photographie couleur en 1966 a été l'un des moments forts de sa carrière.

Le fleuve Amazone, Leticia, Amazonas, Brésil, 1966, Bruno Barbey
Le fleuve Amazone, Leticia, Amazonas, Brésil, 1966
Capoeira, Salvador da Bahia, Brésil, 2007, Bruno Barbey
Capoeira, Salvador da Bahia, Brésil, 2007

En 1968, il est remarqué par Magnum photos et chargé de documenter les émeutes étudiantes qui faisaient des ravages dans la nation. Les émeutes étudiantes à Paris en mai 68 sont nées de l'idéalisme de gauche des étudiants universitaires français réclamant «liberté, égalité, sexualité! (liberté, égalité, sexualité) et opposition à la guerre du Vietnam.

Les émeutes ont conduit à une grève nationale des travailleurs qui a paralysé le pays et a abouti à de violents affrontements entre des milliers d'étudiants et la police. Bruno était sur le terrain pour documenter, travaillant aux côtés de certains des noms les plus notables de la photographie à l'époque. Dans un récit des événements marquants, Barbey se souvient: «À un moment donné, je suis allé avec Marc Riboud et Henri Cartier-Bresson acheter des casques pour protéger nos têtes de toutes les pierres lancées. Nous avons rapidement réalisé qu’ils rendaient impossible l’utilisation correcte de nos Leicas, nous les avons donc jetés. »

Des étudiants dans une chaîne passant des pavés pour les barricades, 10 mai 1968, Paris
Des réfugiés transforment des tubes en habitations à la périphérie de la ville, Inde, 1971
Les Palestiniens Al Fatah (Mouvement de Libération) se détendent dans leur camp après une opération, Bruno Barbey
Les Palestiniens Al Fatah (Mouvement de Libération) se détendent dans leur camp après une opération

Le courage sans faille de Barbey et la priorisation de la photographie par rapport à sa propre sécurité l'ont rendu capable de couvrir stories que la plupart des photographes n'oseraient pas; y compris la guerre des Six jours au Moyen-Orient, la guerre du Vietnam, la Pologne à l'époque de Solidarność et la guerre en Irak au début des années 1990.

Pourtant, malgré un travail considérable dans les zones de conflit, Bruno Barbey ne se considère pas comme un photographe de guerre, affirmant que la guerre peut rendre les gens cyniques face à la mort parce qu'ils sont plongés dans tant de scénarios cruels. Au lieu de cela, il préfère que ses images parlent du monde changeant en prétendant qu'il «Des photographies à documenter pour la postérité, les traditions et les cultures disparaissent rapidement en raison du changement d'attitude des consommateurs.»

Palais industriel de Chengdu, Chengdu, 1980
Mausolée Moulay Ismael, Meknès, Maroc, 1985

S'éloignant des horreurs de la guerre, Barbey s'est plus récemment concentré sur la maison de son enfance, le Maroc, révélant de la virtuosité dans son utilisation de la couleur. Il a également passé beaucoup de temps à tourner en Turquie et en Chine, pays à l'identité culturelle très forte, où les sentiments ne peuvent pas être exprimés avec des mots.

De 1992 à 1995, Barbey a été président de Magnum International où il a influencé toute une nouvelle génération de photographes Magnum. Mais son influence va au-delà de celle des affiliés de Magnum, infiltrant la vie des photographes de rue, des photographes documentaires, des photojournalistes et des passionnés de voyages, tous attirés par la capacité de Barbey à créer de grandes compositions complexes, pleines de multitude.

Les pèlerins se baignent dans les eaux du lac sacré, province du Rajasthan, Inde, 1975
Un garçon joue dans La rivière des galets, Réunion, 1991

Adopter l'utilisation d'un Leica M2 avec un objectif 21 mm qui lui permettait de prendre des photos rapidement sans mise au point a donné au travail de Bruno Barbey un look très distinctif. Ceci, associé à son audace pour capturer les sujets dans leur élément naturel et à sa compréhension innée de couleur et le ton prouve que Barbey est un maître de son art. Alors, que pouvons-nous apprendre de Barbey?

- Ne vous arrêtez pas pour demander la permission, remplissez le cadre, et dans ses propres mots:

«Je décourage toujours les gens de devenir des photographes à plein temps s'ils ont d'autres moyens de gagner de l'argent. Si vous voulez vraiment faire un travail personnel, vous feriez peut-être mieux de le faire comme passe-temps.

 

Toutes les images © Bruno Barbey / Magnum Photos