Steve McCurry

Top 10 L'Inde en 10 images emblématiques

© Steve McCurry

 «Dans d'autres pays, je peux aller en tant que touriste, mais en Inde, je viens en pèlerin.»
Martin Luther King, Jr.


─── Edward Clay, 13 mai 2019

La photographie a été introduite en Inde dans les années 1840 alors que le pays était sous la domination coloniale britannique. De nombreux photographes britanniques étaient impatients de voyager de l'île sombre, grise et inondée de pluie pour capturer la palette vibrante de l'Inde, avant même l'avènement de la photographie couleur. Le paysage offrait un grand potentiel pour de nouvelles études intéressantes en architecture, paysages et anthropologie.

© Henri Cartier Bresson

1. Henri Cartier-Bresson - Réfugiés exerçant, Punjab, Kurukshetra, 1947

Le travail de Cartier-Bresson en Inde a débuté en 1947, année qui allait être un moment décisif pour le sous-continent comme pour la carrière du photographe. 

1947 fut l'année de l'indépendance de l'Inde et de la fondation du Pakistan. L'année suivante, Cartier-Bresson a pris les photographies des dernières heures du Mahatma Gandhi et des événements qui ont suivi son assassinat. Sa publication L'Inde en plein écran couvre une grande partie de son reportage de l'Est avec une orientation plus politique qu'esthétique. Cette photo capte un moment de légèreté dans un lieu où l'on trouve peu d'espoir, et est un excellent exemple de la capacité de Cartier-Bresson à subvertir les contraintes de situation et de lieu. Sa lettre d'amour à l'Inde a duré plus de 40 ans et est l'une des œuvres les plus marquantes du pays.

© Raghubir Singh

2. Raghubir Singh - Femmes blotties contre les pluies de la mousson, Bihar, 1967

Pionnier de la couleur street photography, Le travail de Raghubir Singh avec des diapositives a enregistré le milieu dense du pays dans des tons palpitants et opulents. Singh s'est concentré sur tous les grands thèmes iconographiques qui caractérisent l'Inde: de la saison de la mousson à la religion, le chaos des rues et les résidus du colonialisme.

Cette photo de femmes blotties ensemble pendant les pluies de la mousson est l'une des œuvres les plus célèbres de Singh. L'image annonce la préoccupation constante de Singh pour les thèmes entrelacés du climat, de la terre et de la tradition. Son style photographique distinct appartient, selon ses propres termes, «Du côté du Gange du modernisme.»

© Margaret Bourke-White

3. Margaret Bourke-White - Gandhi et Spinning Wheel, Pune, 1946

Alors que Gandhi était détenu comme prisonnier à la prison de Yeravda à Pune, de 1932 à 1933, le chef nationaliste encourageait ses compatriotes à fabriquer leur propre tissu tissé à la maison au lieu d'acheter des produits britanniques. Margaret Bourke-White, qui avait été chargée de photographier le complexe de Gandhi pour un article sur les dirigeants de l'Inde, a dû apprendre à faire tourner un charkha avant d'être autorisée à s'asseoir avec Gandhi pour enregistrer son portrait. Sa photo de Gandhi lisant le journal à côté de son rouet est devenue à titre posthume un symbole de la nature pacifique de Gandhi - un croisé de désobéissance civile avec un message pacifiste.

© Pablo Barthélémy

4. Pablo Bartholomew - Morphine Addict, Bombay, 1976

Bartholomew, qui a remporté le World Press Photo award en 1976 pour une série incroyablement intime et empathique sur les toxicomanes à la morphine qu'il a réalisée alors qu'il n'avait que 20 ans, il photographie depuis des décennies des thèmes de conflit et de tradition dans la société. Pour financer ses projets documentaires, il a travaillé comme photographe fixe dans les studios de cinéma de Mumbai et de Calcutta. En 2013, Bartholomew était awarded le très prestigieux Padma Shri Award par le gouvernement indien, l'une des plus hautes distinctions du pays pour le mérite artistique.

© Harry Gruyaert

5. Harry Gruyaert - Rajasthan, Jaisalmer, 1976

«Il n'y a pas d'histoire. C'est juste une question de formes et de lumière »

Avec l'habileté d'un peintre, Harry Gruyaert a toujours su repérer des détails de la vie quotidienne souvent négligés et les rendre dans des toiles uniques qui forment cumulativement des tableaux complexes. S'il n'y avait pas la figure solitaire dans le coin gauche, cela pourrait presque être une peinture d'un des cubistes, et la porte, un Picasso. La compréhension unique de la couleur de Gruyaert est à son apogée en Inde.

© David Douglas Duncan

6. David Douglas Duncan - Division de la bibliothèque du Secrétariat impérial, 1947

Cyril Radcliffe, chef de la partition indo-pakistanaise dont la stratégie de diviser les paysages hindous et musulmans des pays en traçant une simple ligne sur une carte n'a pas réalisé que la démarcation pouvait traverser des zones densément peuplées ou même parfois, des maisons populaires. Cette photo résume parfaitement les absurdités de la partition, dirigée par une commission d'hommes dont la tête était un avocat britannique qui n'avait jamais voyagé en Inde.

Les ratios absurdes de division fixés par le comité de partition impliquaient l'envoi de toutes les tables d'un pays à l'autre et de toutes les chaises dans le sens inverse. L'Inde prendrait les tambours des groupes de police et les flûtes iraient au Pakistan. Les actifs ont été divisés presque au hasard, par le jeu d'une pièce de monnaie et il y avait même des histoires que les volumes de l'Encyclopaedia Britannica ont été divisés, sans avoir un ensemble complet ou que les dictionnaires ont été déchirés également. Cette photo capture la simplification excessive d'un moment complexe de l'histoire de l'Inde - la métaphore visuelle parfaite.

© Mary Ellen Mark

7. Mary Ellen Mark - Falkland Road: Prostitutes of Bombay, 1978

Mary Ellen Mark est arrivée dans les districts routiers d'Altamont et de Falkland en Inde pour dépeindre les coins les plus durs de la région de Bombay. Bien que Mark ait été profondément perturbée par des scènes de gangs de rue, d'enfants en fuite et de patients psychiatriques, elle a continué à retourner dans les quartiers malgré sa tristesse. Fréquentée par des citoyens de la classe inférieure depuis l'époque coloniale, la région reste un épicentre d'abus et de trafic sexuel avec un réseau labyrinthique de bordels, de warrens et de cages. Bien qu'elle se soit sentie mal accueillie par les habitants, elle a persévéré et, en 1978, est restée dans le quartier pendant deux mois, se liant d'amitié et photographiant des prostituées, des souteneurs et des clients.

© Raghu Rai

8. Raghu Rai - Train Delhi-Mumbai, 1982

Raghu Rai était le protégé d'Henri Cartier-Bresson, repéré pour son œil remarquable et sa perspective d'initié unique sur l'Inde lors d'une exposition qu'il a tenue à Paris en 1971. Rai a commencé à photographier à 23 ans et est devenu le photographe en chef de The Statesman en Inde. En 1977, il devient associé Magnum. Nommé 'Padmashree' pour sa photographie en 1971, la plus haute award en Inde, le travail de Rai reflète et justifie les complexités intenses d'une Inde en mutation. Cette image emblématique nous rappelle le moment décisif de Cartier-Bresson: un train à grande vitesse croise un cycliste au bon moment, tandis qu'un homme jongle habilement avec un plateau de mugs, sans phase par la nature précaire de son activité.

© Steve McCurry

9. Steve McCurry - Une mère et son enfant pendant la saison de la mousson, 1993

Pendant six mois, Steve McCurry a suivi le chemin de la mousson de l'Asie du Sud-Est au nord de l'Australie dans un examen sur la façon dont les gens font face au phénomène météorologique souvent destructeur. L'essai visuel unique de McCurry porte moins sur la mousson elle-même que sur la complexité de ses effets sur les People qui la vivent.

Dans ce moment fortuit, McCurry aperçoit une mère demandant l'aumône, enfant sur la hanche, alors qu'il passe à l'arrière d'une voiture. L'humidité fumant le verre de la fenêtre ne fait qu'intensifier le rouge vif de la robe de la mère, contrastant avec les couleurs austères et sombres du reste du décor. La capacité unique de McCurry à insuffler la beauté et l'art dans son reportage est inégalée.

© Dayanita Singh

10. Dayanita Singh - Va-t'en plus près, 2013

L'Inde de Singh est déchirée entre tradition et progrès, entre réalité et rêve. Avec une capacité unique à exprimer ces concepts abstraits, elle a établi un lien personnel entre sa propre expérience et les changements émotionnels collectifs provoqués par la perte des traditions face à la mondialisation et aux progrès technologiques. Incarné par le paradoxe du titre, Partez plus près est une série sur la présence et l'absence, parcourue délicatement en considérant les émotions de ses sujets.


«Le temps passé en Inde a un effet extraordinaire sur l'un d'eux.
Il agit comme une barrière qui rend le reste du monde irréel. » Tahir Shah


Toutes les images © leurs propriétaires respectifs