David Alan Harvey

Top 10 Le Mexique en 10 images emblématiques

© David Alan Harvey

Un paysage vaste et varié avec la quête subconsciente d'El Dorado en toile de fond a fait du Mexique un endroit fascinant pour les photographes.


─── Isabel O'Toole, 25 avril 2019

Le Mexique est une terre imprégnée de religion et de superstition. Les cultures anciennes ont fortement influencé la société moderne en créant un creuset d'idées et de traditions différentes.

NB: Cet article contient des images qui peuvent être pénibles pour certains lecteurs
© Graciela Iturbide
© Graciela Iturbide

1. Graciela Iturbide - Angel Dame du désert de Sonora, 1979

Graciela Iturbide, la principale femme de la photographie mexicaine, a documenté son pays natal pendant des décennies, créant un portrait ethnographique du vaste pays. Fortement influencée par le maître moderniste mexicain Manuel Alvarez Bravo qu'elle a aidé dans les années soixante-dix, son travail se concentre principalement sur les cultures indigènes du Mexique qui prévalent encore. Avec un accent particulier sur les femmes zapotèques de Juchitan, les tropes visuels vus dans son travail évoquent les croyances superstitieuses du peuple mexicain. Dans «Angel Lady dans le désert de Sonora», une femme regarde le paysage, debout et presque comme un spectre au premier plan, comme un personnage mythique de l'antiquité stories.

© Flor Garduno
© Flor Garduno

2. Flor Garduno - Femme mexicaine tenant des iguanes liés, 1987

Le portrait saisissant de Flor Garduno d'une jeune femme tenant des iguanes morts et liés capture un moment étrange et brutal de beauté où la relation entre l'homme et la bête est remise en question. Les iguanes sont originaires du Mexique tropical et sont l'un des emblèmes nationaux des pays. Dans la religion mésoaméricaine et aztèque, les iguanes ont de nombreuses qualités symboliques, mais ils sont également capturés et consommés dans certaines parties du pays. Flor Garduno est issu d'une longue tradition de photographes mexicaines post-révolutionnaires qui ont contribué à réinventer la réputation artistique des pays à travers le monde.

MEXIQUE. Oaxaca. 1992. Les dirigeants communautaires se réunissent pour discuter des problèmes © David Alan Harvey
David Alan Harvey

3. David Alan Harvey - Réunion des dirigeants communautaires, San Mateo del Mar, Oaxaca, 1992

Divided Soul de David Alan Harvey raconte des décennies de changement dans le monde hispanophone. Traversant l'Amérique centrale et du Sud ainsi que les Caraïbes, les images de Harvey parlent des traditions et des rituels inhérents à la vie quotidienne des Latinx. Dans son chapitre sur le Mexique, Harvey relate les fêtes et les Quinceaneras, les cérémonies religieuses et les petites réunions du conseil politique. L'utilisation éloquente de la couleur et de la vision personnelle de Harvey imprègne chaque photo qu'il prend, ce qui se traduit par un travail documentaire informatif avec une floraison artistique. Sur cette photo, Harvey représente les dirigeants d'une petite ville qui se sont réunis pour discuter des problèmes au sein de leur communauté. Sodas, fleurs et nappes colorées ornent la réunion dans un cadre politique non archétypal qui est intrinsèquement mexicain.

© Tina Modotti
© Tina Modotti

4. Tina Modotti - Mexicaine Sombrero avec marteau et faucille, 1927

Tina Modotti, une photographe italienne qui a réalisé certaines de ses œuvres les plus célèbres au Mexique entre 1923 et 1930, était également une militante politique pendant la révolution mexicaine. Gagner la renommée (et la notoriété) grâce à sa relation amoureuse avec Edward Weston, elle était aussi une mondaine qui était amie avec Diego Rivera et Frida Kahlo. Son travail en studio incorporait les idéaux révolutionnaires qu'elle cherchait à propager dans tout le Mexique avant et après la révolution. Cette image saisissante réinvente l'image-affiche typique du marteau et de la faucille avec une touche mexicaine.

© Nickolas Muray
© Nickolas Muray

5. Nickolas Muray - Frida Kahlo, 1939

Invité par un ami à lui rendre visite, Nickolas Muray, d'origine hongroise, s'est rendu au Mexique, où il a été présenté à l'artiste Frida Kahlo, une femme qu'il n'oublierait jamais. Ainsi a commencé une romance qui a duré une décennie et une amitié qui a duré le reste de leur vie. Les portraits de Muray de Kahlo ont une perspective unique et intime que seul un ami ou un amoureux pourrait partager. Mettant en lumière la vie privée de Kahlo, Muray a produit certaines des images les plus mémorables et les plus frappantes de l'artiste surréaliste. Dans peut-être l'un des portraits les plus célèbres de Kahlo, elle porte le regard de Muray, debout avec confiance et puissance devant un fond blanc uni, les bras croisés mais toujours féroces et interrogateurs, l'artiste comme art.

© Larry Towell
© Larry Towell

6. Larry Towell - Fille mennonite assise à une table, La Batea, Zacatecas, 1992

Larry Towell a rencontré les mennonites pour la première fois dans son Canada natal et a développé une amitié de longue date qui lui a donné accès à leur communauté très fermée. Les mennonites sont une secte religieuse protestante, tout comme les Amish, originaire d'Europe au XVIe siècle. Contraints de migrer à travers le monde plutôt que de compromettre leur mode de vie, la plus grande communauté de mennonites se trouve maintenant au Mexique. Towell a étroitement documenté les difficultés auxquelles ces People ont dû faire face en rejetant la société et la modernité, ainsi que leur lutte pour maintenir en vie leur existence et leurs traditions rurales, des voies souvent très mal comprises.

© Alex Webb
© Alex Webb

7. Alex Webb - Mexicains arrêtés alors qu'ils traversaient la frontière américaine, San Ysidro, Californie, États-Unis, 1979

Fascinée par les différences entre les États-Unis et le Mexique, la série phare du photographe américain Alex Webb La Calle est une enquête de plusieurs décennies sur la vie et la routine des Mexicains. Son dévouement sans faille à cette série approfondie est évident dans chaque image que Webb a produite. Ses photographies sont riches, complexes, colorées, pleines d'émotion, de profondeur et d'empathie. Cette image en est la preuve, présentant les arrêtés d'une manière qui évoque l'iconographie religieuse.

 «Parfois, je parle avec des gens, parfois non. Tout dépend de la situation donnée. Lorsque je travaillais le long de la frontière américano-mexicaine, par exemple, j'ai traversé illégalement un certain nombre de fois avec des Mexicains se dirigeant vers le nord vers les États-Unis pour les photographier afin d'essayer de comprendre leur monde.

© Mary Ellen Mark
© Mary Ellen Mark

8. Mary Ellen Mark - Acrobates au Vazquez Brothers Circus, Mexico, Mexique, 1997

Mary Ellen Mark, qui a rassemblé ses photographies d'artistes de cirque du Mexique et d'Inde dans son livre Homme et bête, a qualifié le cirque de «forme universelle de théâtre». Sa volonté de documenter les individus qui se produisaient dans ces institutions itinérantes découlait de son désir d'écouter la voix de ceux qui vivent en marge de la société. Mark aimait le Mexique et enseignait la photographie à Oaxaca chaque année pendant plus d'une décennie. Ainsi, ses photos du peuple mexicain sont très intimement liées au point de vue de quelqu'un qui les connaissait vraiment bien.

© Enrique Metinides
© Enrique Metinides

9. Enrique Metinides - La mort d'Adela Legarreta Rivas, 1979

Adela Legarreta Rivas est frappée par un Datsun blanc sur l'Avenida Chapultepec, Mexico, 29 avril 1979

Connu sous le nom de «Weegee mexicain», Enrique Metinides a toujours été le premier sur les lieux du crime ou de la catastrophe. C'est comme si la tragédie l'avait suivi. Inspiré par la curiosité morbide qui nous habite tous, Metinides s'est fait un nom en photographiant ces événements quotidiens dans une série intitulée «Les 101 tragédies d'Enrique Metinides». Dans peut-être l'une de ses photos les plus célèbres, une image qui se démarque de son autre travail par son utilisation de la couleur, une femme est morte au premier plan après avoir été heurtée par une voiture sur l'une des routes de Mexico. Le fait que la femme ait l'air posée comme dans une danse étrange est une perspective unique sur la mort, typique du travail de Metinides.

© Manuel Alvarez Bravo

10. Manuel Alvarez Bravo - Feux d'artifice dans le Barrio del Niño, 1990

Souvent considéré comme le photographe d'art le plus célèbre du Mexique, Manuel Alvarez Bravo, a capturé l'histoire de l'atmosphère géopolitique en rapide évolution du pays. Après la fin de la turbulente révolution mexicaine, une renaissance créative a émergé dans le pays, à quel point Alvarez Bravo s'est fait un nom. Son travail explore l'abandon progressif des coutumes rurales et la montée d'une culture post-révolutionnaire aux influences internationales. 

Bien que considérées comme faisant partie du mouvement surréalisme, les images d'Alvarez Bravo partagent également des approches associées au modernisme, inspirées par son ami Edward Weston, et aux idées formalistes. Il capture les qualités mythiques des objets tangibles et les sature d'une complexité poétique.


Toutes les images © leurs propriétaires respectifs